banniere-coucher-soleil.jpg

Une terre de convoitises

Mais, tel un Phénix, le Pays de Lérins se releva toujours, regardant vers la mer et le commerce qu'il pouvait en tirer.

A la fois pêcheurs et agriculteurs, les habitants se forgeaient une identité originale en même temps que des traditions spécifiques. Associées au climat et aux paysages, elles allaient faire la force de cette vitrine de la Méditerranée en constituant un tout unique. Ce fut le point de départ de la révolution économique des anciennes possessions des moines de Lérins... La bourgeoisie huppée mais aussi les têtes couronnées d'Angleterre et de Russie, de Vienne ou de Bruxelles se pressaient sur la Riviera pour y séjourner l'hiver, d'octobre à avril. Les « Hivernants » feront la gloire, la renommée et la richesse de la Côte d'Azur et des futurs Pays de Lérins, du milieu du XIXe siècle à la guerre de 1914-1918, d'autant que ce flux migratoire pouvait désormais profiter des bienfaits du train – premier passage à Cannes en 1854 – qui « mettait » Londres à 27 heures du Suquet !

Après les voies terrestre et maritime, la voie du chemin de fer, à deux millénaires de distance, donnait une impulsion nouvelle à ce territoire aux ressources inégalées. Luxueuses demeures et palaces transformaient alors le paysage au moins aussi sûrement que les plantes nouvelles, importées des colonies de l'empire britannique. L'olivier, le pin parasol et la vigne ne règnent alors plus en maîtres au bénéfice des palmiers et plantes grasses qui se font une place à la lumière du midi, comme l'eucalyptus et le mimosa. Et quand ce n'était pas le mimosa qui prospérait, c'était, comme à Mougins, la rose et le jasmin dont la proximité avec la ville de Grasse, capitale de la parfumerie, assurait un débouché certain aux producteurs.

Les Pays de Lérins, c'est quoi ?

COMMUNAUTE
D'AGGLOMERATION
DES PAYS DE LERINS


CS 50054 - 06414 Cannes Cedex - TEL : 04 89 82 27 00 - FAX : 04 89 82 27 20